« Faut-il avoir peur de l’euro ? / par Alain Sueur | Accueil | Comprendre la comptabilité »

30 mai 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

David CABAS

Connaissez vous la loi Giscard Pompidou et le Traité de Maastrich ?

Alors que les bourses chutent, que l'Euro est à l agonie, que les plans d'austérités se multiplie à travers l'Europe, il serait sage de connaître les vrais raisons de l'augmentation de la dette !

Le bon sens commun voudrait que la dette soit du à trop de sociale, trop de santé, trop de services publiques, trop de fonctionnaires, trop de retraites. Nos responsables politique se font l'écho d'un tel message et mettent en œuvre des plans sensés répondre aux problèmes de la dette !

Mais tout ceci est une arnaque : L'arnaque de la dette !

Jusqu'au 3 janvier 1973, la Banque de France avait le droit d'émettre du crédit à très bas taux d'intérêt afin de financer les besoins de l'état et d'investir dans les projets d'avenir !

Mais sous prétexte d'inflation, le gouvernent Giscard Pompidou a cru bon empêcher la Banque de France de faire son travail en transférant de fait le pouvoir aux banques privés. Et oui depuis cette époque la France s'endette auprès des marchés financiers avec des taux d'intérêts élevés et c'est obligatoire pour tous les pays membres depuis Maastrich et les traités suivants!

En claire, ce sont les taux d'intérêts imposés sur la dette qui créer l'augmentation folle des dette publique !

L'alternative

Un retour au crédit publique productive, redonner le pouvoir au nation de battre monnaie afin de l'investir non dans les bulles spéculatives ou dans les jeux des casinos financiers mais bien dans l'économie physique au service de la population et du travail humain.

Nous devons dire Non au chantage de l'empire de la finance de la City de Londre et de Wall Street à New York

Si tu veux rejoindre la bataille pour changer le système économique rejoins moi sur mon groupe : http://www.facebook.com/group.php?gid=104166076293247&ref=ts

David CABAS
david.cabas.over-blog.fr

Alain

Votre commentaire n'a rien à voir avec la note.
Vous refaites l'histoire, ce qui est toujours facile.
Vous nagez dans la théorie du complot pour qui célafôta Giscard (1973, Banque de France) ou Mitterrand (1992, Maastricht).
"Battre monnaie" comme vous dites si bien = inflation. Les années post-73 l'ont vu avec ampleur, stérilisant l'épargne dans l'immobilier et l'or... pas vraiment utile pour relancer l'économie !
Le monde a changé : la petite France avec son petit franc serait balayée aujourd'hui dans la crise si elle n'était pas membre de l'Union européenne et de l'euro.
Le financement devient mondial, il est assuré pour un tiers par les Français qui achètent des emprunts d'Etat (surtout dans les contrats d'assurance-vie) et pour le reste par les étrangers : fonds de pension des fonctionnaires de Californie, veuves écossaises, Banque centrale de Chine, etc. C'est un progrès, contre la pénurie de crédit, le malthusianisme des esprits et le protectionnisme des gouvernements.
"Les marchés" ne sont pas un complot de gros capitalistes juifs new-yorkais ou de gnomes de la city qui pressurent le gogo dans des "casinos financiers" - c'est un peu plus complexe que ça.
Le bouc émissaire facile du "chantage" et du "yaka" ne dit pas ce qu'il faut faire, avec qui et comment. Le crédit public est utile s'il finance des investissements. On peut le faire en France (le plan Universités est de ce type-là), mais surtout en Europe. Là, les politiciens sont muets, empêtrés dans leur démagogies nationales. Le crédit public pour payer sans fin le social non assuré par la légèreté parlementaire (créer un droit sans le financer !) n'aboutit qu'à la hausse des prix. Qui pénalise tout le monde et surtout les salaires les plus faibles.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Blog powered by Typepad
Membre depuis 10/2007